Perspectives franco-allemandes en dialogue

Les Centres universitaires français et de francophonie en Allemagne sont des centres d’enseignement et de recherches sur la France et les pays francophones, attachés à des universités. Il existe actuellement neuf Centres universitaires français et de francophonie en Allemagne (liste ci-dessous). Ces derniers ont créé un réseau 2020, dont l’événement de lancement « L’avenir numérique de l’Europe » aura lieu en novembre 2020. Il s’agira d’un débat en ligne.

La crise liée à la pandémie du Covid-19 a entraîné un passage massif à des formats numériques de tous les registres d’activité, accélérant ainsi soudainement un processus qui touchait et modifiait déjà profondément la société. La nécessité apparaît à présent d’exploiter activement le potentiel positif de la transformation numérique, en veillant aux aspects réglementaires et durables, et en gardant un esprit critique à son égard. Dès février 2020, la Commission européenne a présenté un vaste plan d’action pour la numérisation et a annoncé son intention de faire de l’Europe, d’ici quelques années, « un acteur clé du numérique mondial». Le chemin est encore long pour atteindre ce but, et ce d’autant plus que les Etats membres sont très différents les uns des autres. Comment l’UE peut-elle rattraper les leaders mondiaux et établir ou développer sa souveraineté dans ce domaine stratégique ? Quel rôle peuvent jouer l’Allemagne et la France dans ce domaine ? Quel type de numérisation voulons-nous réellement ? Dans quelle mesure et jusqu’où la numérisation peut-elle, doit-elle, influencer notre vie quotidienne, nos perceptions des choses et nos décisions ?

Ces questions se posent dans un contexte complexe aux problèmes prégnants : la numérisation se fait dans un environnement économique et social inégalitaire, caractérisé par une répartition des richesses et des perspectives d’avenir très contrastées. Est-il possible que la numérisation contribue au développement d’une économie plus durable ? Et dans l’affirmative, de quelle manière ? Les fermes de serveurs informatiques produisent elles aussi des émissions nuisibles pour le climat. En outre, la crise sanitaire engendrée par la pandémie a montré que certains secteurs économiques et aspects de la vie quotidienne avaient peu bénéficié du développement de la numérisation jusqu’ici, notamment la culture et l’éducation.

Le thème « L’avenir numérique de l’Europe » touche toutes sortes d’acteurs : les institutions politiques et administratives, les acteurs de la recherche, de l’enseignement, de la culture. Les médias publics, les télécommunications et les entreprises informatiques sont également concernés comme le montre le communiqué « Sphère publique européenne – Façonner la souveraineté numérique de l’Europe » publié récemment par l’Académie allemande des sciences et de la technologie (Deutsche Akademie der Tecnikwissenschaften – acatech). Parmi les auteurs figurent d’éminents universitaires souhaitant que les prochains mois de présidence allemande du Conseil de l’UE permettent de lancer les travaux pour la mise en place d’une « souveraineté » européenne numérique vis-à-vis des États-Unis et de la Chine.

Le cycle de conférence « Perspectives franco-allemandes en dialogue » sera l’occasion pour les participants de s’interroger sur les actuels de la coopération franco-allemande. Ils seront ainsi amenés à identifier les similarités et les divergences entre la France et l’Allemagne et à définir de nouvelles perspectives de la relation franco-allemande. Ces débats ont vocation à donner la parole à des experts, qui, dans le cadre de leurs travaux de recherches, proposent des analyses scientifiques et des pistes d’actions sur ces sujets.