Les Centres universitaires français et de francophonie en Allemagne sont des centres d’enseignement et de recherches sur la France et les pays francophones, attachés à des universités. Il existe actuellement neuf Centres universitaires français et de francophonie en Allemagne (liste ci-dessous). Ces derniers ont créé un réseau 2020, dont l’événement de lancement sous forme de débat nommé « L’avenir numérique de l’Europe » a eu lieu en novembre 2020. Le réseau des centres universitaires français et de la francophonie en Allemagne organise une série intitulée « Perspectives franco-allemandes dans le dialogue ». L’objectif de cette série est de réfléchir sur les thèmes centraux actuels de la coopération franco-allemande, d’identifier les convergences mais aussi les divergences et d’ouvrir ainsi de nouvelles perspectives. Cette série vise à donner aux experts la possibilité de s’exprimer, de proposer des analyses et de formuler des options d’action.

Actualités :

CULTURES EUROPÉENNES DANS DES PERSPECTIVES FRANÇAISES ET ALLEMANDES

Le Centre Ernst Robert Curtius (CERC) de l’Université de Bonn organise son premier Atelier de recherche les 7 et 8 mai 2021, en ligne.

Des présentations de différents intervenants ainsi que des discussions sur les interactions et les coopérations dans les relations franco-allemandes et de leurs effets sur l’Europe auront lieu. L’objectif est de présenter des cas qui éclairent, mais aussi exposent et critiquent la signification centrale des influences nationales sur l’action culturelle-artistique, politique ou même individuelle en Europe.

Les inscriptions sont ouvertes dès maintenant par l’adresse cerc@uni-bonn.de.

Retrouvez le programme complet ici.

Perspectives franco-allemandes en dialogue

L’événement en ligne « L’avenir numérique de l’Europe » a donné le 19 janvier 2021 le coup d’envoi de cette série.

Table ronde

Intervenants :

Ulrich Wilhelm, directeur général, Bayerischer Rundfunk,
Nadine Schön, vice-présidente du groupe parlementaire CDU/CSU au Bundestag allemand (responsable de la stratégie numérique)
Henri Verdier, ambassadeur français pour les questions de numérisation.

Mot d’accueil de l’Ambassadrice de France en Allemagne Anne-Marie Descôtes ;

Modération : Andreas Noll, Deutsche Welle ;

La crise du COVID a accéléré la numérisation en Europe – un processus qui imprègne déjà tous les domaines de la société et qui les modifie fondamentalement. Il s’agit maintenant d’exploiter le potentiel positif de la transformation numérique et de façonner activement le changement de manière réglementaire et durable, tout en y réfléchissant de manière critique. En février 2020, la commission européenne a présenté un vaste plan d’action pour la numérisation et a annoncé son intention de faire de l’Europe un « acteur mondial clé du numérique » d’ici quelques années. Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, d’autant plus que les États membres de l’UE sont très différents les uns des autres.

Comment l’UE peut-elle se positionner pour être en mesure de représenter ses intérêts dans le monde numérique ? Quelles sont les infrastructures à privilégier et quel rôle l’Allemagne et la France peuvent-elles jouer dans leur construction ? Comment l’UE peut-elle mener une politique technologique démocratique tout en se protégeant de « l’autoritarisme technologique », en particulier de la Chine ? Quelles opportunités offre l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis et quelle forme pourrait prendre un programme commun – comme cela a été demandé à plusieurs reprises ces dernières semaines ? Comment éviter des dépendances qui pourraient être exploitées par la suite pour faire passer des aspirations géopolitiques ?

Ces questions se posent dans le contexte de problèmes urgents : la numérisation se déroule dans un environnement économique et social caractérisé par de grandes inégalités et des perspectives d’avenir réparties de manière asymétrique. En outre, il reste à voir si et dans quelles conditions la numérisation peut favoriser la transformation vers une économie durable, car les centres d’hébergement informatique produisent également des émissions nuisibles au climat.

Le réseau des centres universitaires français et de la francophonie en Allemagne vous invite à dialoguer sur ces questions. Le sujet concerne toutes les institutions impliquées, que ce soit dans la recherche, l’enseignement, la gestion d’événements ou l’organisation. Les institutions scientifiques sont tout aussi touchées par les défis actuels que les institutions publiques des médias, les entreprises de télécommunications et de technologies de l’information, comme le montre le document politique « Sphère publique européenne – Façonner la souveraineté numérique de l’Europe » publié cet été, dont les auteurs ont demandé que la présidence allemande du Conseil de l’UE soit mise à profit pour lancer une « souveraineté » numérique européenne vis-à-vis des États-Unis et de la Chine. Sont invités l’ambassadeur français pour les questions de numérisation, Henri Verdier, le directeur de la société de radiodiffusion bavaroise, Ulrich Wilhelm, ainsi que la chef adjointe du groupe parlementaire CDU/CSU au Bundestag allemand (responsable de l’Agenda numérique), Nadine Schön. Dans un échange modéré (demande sur ARTE), avec un public franco-allemand (politique et universitaire), ils expliqueront leur vision de l’avenir numérique de l’Europe.

Cet événement en ligne marque le début d’une série de manifestations sous le titre « Perspectives franco-allemandes dans le dialogue ». L’objectif de cette série est de réfléchir sur les thèmes centraux actuels de la coopération franco-allemande, d’identifier les convergences mais aussi les divergences et d’ouvrir ainsi de nouvelles perspectives. Cette série vise à donner aux experts la possibilité de s’exprimer, de proposer des analyses et de formuler des options d’action.

L’ambassadrice de France en Allemagne, Anne-Marie Descôtes, prononcera un mot d’accueil.

Avec le soutien d’Utopie Europe et de la Fondation Konrad Adenauer.