retour

Killer-Roboter und Cyber-Warfare – Frankreich! Deutschland! Europa?

Des avancées technologiques ont également lieu dans les systèmes d’armement et amènent de nouvelles possibilités, mais aussi de nouveaux dangers dans les guerres du futur. Les armes semblent devenir de plus en plus autonomes. Par exemple, l’utilisation de drones autonomes qui peuvent identifier et éliminer une cible de manière autonome ne fait plus de doute. Si ces systèmes autonomes ont des avantages non négligeables (par ex. efficacité) plusieurs questions se posent :

  • Du domaine de l’éthique : une décision de vie ou de mort peut-elle être laissée à un algorithme ?
  • Du domaine des droits de l’Homme : à quel moment commence l’autonomie, quel droit s’appliquera et qui sera responsable ?
  • Du domaine de la sécurité politique : comment peut-on éviter une escalade incontrôlée de plusieurs intelligences artificielles opposées, qui pourrait conduire à une utilisation de l’arme nucléaire ?

Dans le monde multipolaire actuel, cette thématique prend toujours plus de place. Quelle place peut prendre l’Europe face aux États-Unis, à la Russie et encore la Chine ? La discussion portera en particulier sur la coopération franco-allemande dans ce domaine et cherchera des moyens pour que l’Europe puisse agir de manière uniforme et à un stade encore précoce.

Format :

Table ronde : 20 minutes d’introduction et éventuellement de présentations de la part des intervenants + 60 minutes de débat (questions des modérateurs et du public).

Date et lieux :

La manifestation a eu lieu en ligne sur Zoom le 26 janvier 2021.

La description détaillée du projet se trouve ici.

Intervenants:

Dr. Cornelius Adebahr (membre associé du Centre Alfred von Oppenheim pour les études sur l’avenir de l’Europe et du Conseil allemand des relations extérieures) ;
N.N. (Campagne pour arrêter le robot tueur) ;
Dr. Elisabeth Hoffberger-Pippan (Associée de recherche à la Stiftung Wissenschaft und Politik. Groupe de recherche : Politique de sécurité) ;
Prof. Tobias Matzner (« Médias, Algorithmes et Société » à l’Université de Paderborn).