07/06/18 Sarrebruck

07/06/18
Débat
 "Ce qui a manqué à l'Europe"
Visio-conférence de Patrick Boucheron
et débat public

 

 

La manifestation s’est déroulée en deux temps :

  1. Retransmission de la conférence de Patrick Boucheron « Ce qui a manqué à l’Europe » (conférence du cycle « Une certaine idée de l’Europe » organisé par le Groupe d’Etudes Géopolitiques de l’ENS, Rue d’Ulm)
  2. Débat public en français, introduit et modéré par Valérie Deshoulières, directrice de l’Institut français et Prof. de littérature française à l’UdS, Landry Charrier, attaché de coopération universitaire. En présence d’étudiants de l’Université de la Sarre notamment.

          Michel Reischel ouvre la discussion à propos du numérique en Europe. Il rappelle que l’Europe est un espace « où l’on peut créer quelque chose d’innovant » et propose une action concrète : la création d’un réseau social européen. Un réseau qui se ferait le porte-parole des idées européennes, qui se démarque des idées américaines, portées par les puissances numériques actuelles.

          Aliou Mamadou soulève la question des valeurs européennes. Il constate que l’Europe est confrontée à un problème de valeurs et non à un problème

institutionnel. Selon lui, la divergence des valeurs entre les Etats fondateurs et les nouveaux Etats membres de l’Est, entraine la remise en cause de l’idée européenne. L’étudiant propose la mise en place d’une consultation au niveau européen, afin de demander aux populations européennes leurs 10 valeurs fondamentales pour l’Europe. L’objectif premier de cette consultation serait de trouver un consensus de base entre les Etats membres de l’Union et ainsi, d’assurer une plus forte cohésion sociale en Europe.

          Johanna Ernst constate une certaine ignorance vis-à-vis de l’Europe, qu’elle explique par le manque de sensibilisation à l’école et au Lycée. Elle dit « on ne se rend pas compte de la chance qu’on a de vivre en Europe ! » et fait référence aux succès de l’intégration européenne, comme la libre circulation des personnes ou l’Euro. Selon l’étudiante « il faut se concentrer sur les choses positives et sensibiliser les peuples à ces succès », et surtout dialoguer avec les jeunes qui n’ont pas forcement vécu ces changements positifs. Elle propose de mettre en place des cours d’études européennes à l’Ecole pour oeuvrer à l’intérêt général européen. Cet appel est repris par un étudiant italien, Antonio Bruno, qui parle de sa fonction en tant qu’ambassadeur européen auprès de son université et lance l’idée d’un réseau européen d’ambassadeurs qui feraient passer les messages à un jeune public, afin de montrer les réalités concrètes de l’Union européenne.

 
 

Lieu :

Institut d’Etudes Françaises (IEF)
Villa Europa - Kohlweg 7
D - 66123 Saarbrücken
 
Intervenant :

Valérie Deshoulières - Directrice de l’Institut français Sarrebruck
Landry Charrier – Attaché de coopération universitaire
Christophe Arend – Député de Moselle (6ème circonscription) et Président du groupe d’amitié parlementaire France-Allemagne
Catherine Robinet – Consule générale de France à Sarrebruck

 
Modérateur :
Dr. habil. Landry Charrier | Directeur et Attaché de coopération universitaire de l'Institut français de Bonn
                                                                               
Organisé par :